Pourquoi la non mixité est importante

J'ai mis énormément de temps à comprendre l'importance de la non mixité dans le milieu féministe. A vrai dire, j'étais au départ complètement contre cette idée. Pour moi, le féminisme ne peut pas s'ancrer durablement dans une société si les hommes en sont exclus car nos idées doivent se diffuser de manière globale pour avoir un impact.

J'ai réfléchi. J'ai découvert que je me trompais.

Illustration par Sophie Labelle.


Revendiquer des événements, des réunions, des manifestations non mixtes dans les combats féministes ne revient, en fait, absolument pas à dire qu'il faut évincer les hommes, qu'ils sont l'ennemi, ou même qu'il faudrait les combattre. Le but n'est pas de recréer une binarité basée sur une scission entre les sexes. Cela n'aurait aucun sens à partir du moment où de nombreux mouvements féministes savent que le problème ne vient pas des hommes, mais d'une construction patriarcale de la société qui nuit à tous.tes. Les réunions mixtes sont nécessaires pour partager des données.


Seulement, comment peut-on réfléchir sereinement dans une réunion mixte alors même que le risque est bel et bien présent de recréer la masculinité et la féminité ?

Prenons un exemple et imaginons un camp d'une semaine sur des réflexions féministes. S'il y a des hommes et des femmes, il y a de fortes chances pour que, très vite, les hommes s'occupent des choses lourdes à installer "parce que ça va plus vite" et les femmes de la cuisine "parce que ça va plus vite". Si l'on organise ce même camp de réflexion en non mixité, les femmes pourront alors avoir l'occasion de sortir de leur rôle assigné féminin et de toucher à tout.


De même, être en non mixité est une manière de se sentir complètement libérée du regard masculin, celui qui, même inconsciemment, nous fait faire plus attention à notre apparence, celui qui nous fait penser qu'on attend telle ou telle chose de nous. Il permet également de régler une problématique de taille : le mansplaining, c'est-à-dire le fait que (là encore inconsciemment ou non), certains hommes, à cause de leur éducation, ont tendance à couper la parole aux femmes.

Françoise Vergès explique d'ailleurs que "les opprimés ne peuvent pas mettre de mots si les oppresseurs sont présents", car la censure risque rapidement d'influencer les débats et discussions.


En ce qui concerne les manifestations non mixtes, qui sont d'ailleurs récurrentes (elles étaient largement utilisées dans les années 70, et l'ont été récemment lors du mouvement Nuit Debout), elles permettent, à mon sens de se réapproprier un espace. Dans le cas de la rue et du féminisme, celle-ci n'est pas un lieu sécurisant : il a beau être public, il reste un espace de prédation et de peur pour de nombreuses femmes.


Ne voyons pas le mal là où il n'est pas : être en non mixité est une forme d'empouvoirement simple qui permet de se sentir légitime, en confiance et de développer des idées, des stratégies, que l'on aurait pas développé en présence du sexe opposé.

Elle ne consiste en aucun cas à vouloir diviser, mais plutôt à libérer la parole poir comprendre l'enjeu systémique de certains sujets, comme le harcèlement de rue, les violences faites aux femmes, etc ...


Récemment, j'ai apporté mon témoignage au projet Toute nue dans la rue au sujet du harcèlement de rue, projet porté par Amal du compte Inside Women et Anna de Memespourcoolkidsfeministes sur Instagram. Nous étions six femmes, nous ne nous connaissions pas, et nous avons pourtant rapidement échangé sur des sujets aussi violents que le viol, les agressions sexuelles, etc ... Un climat très libre et bienveillant m'a vite conforté sur les bienfaits de la non mixité.


En revanche, je pense également que la mixité est nécessaire par la suite pour porter une idée ou un combat à plus grande échelle, pour en fait un réel projet de société, politique.


Et vous, quel est votre avis là-dessus ? Vous pouvez venir débattre avec moi sur le compte Instagram @jeneveuxpasdenfant.


Une idée, suggestion, envie, critique ?

C'est à toi :

© 2020 - Bettina Zourli

  • Facebook
  • Instagram
  • Spotify