Non, je ne suis pas contre les mères au foyer

Il y a deux jours, j'ai reçu un message intéressant sur mon compte Instagram :

" Hello! Question peut-être bizarre mais qu'est-ce vous pensez des femmes qui souhaitent, avoir des enfants? Moi j'ai toujours pensé que chacun faisait ce qu'il veut mais comme je vois que vous êtes très féministe votre avis m'intéresse parce que, j'ai une amie (ou plutôt j'avais maintenant) très féministe et elle a très mal réagi à ma troisième grossesse et j'avoue que je comprends pas cette réaction. Ce n'est pas ses décisions à elle elle qui ne pense pas vouloir d'enfant, mais mes enfants je les ai eu très jeune ils sont toute ma vie mais est-ce que c'est si mal vu dans le milieu des femmes qui ne veulent pas d'enfants les femmes qui souhaitent en avoir? Cet événement est très très récent et maintenant je suis sur la défensive parce que je me sens vraiment jugée.

A cette personne, j'ai répondu que je ne pensais rien, des gens qui font des enfants. En fait, je n'ai plus d'opinion : ça ne me réjouit pas, ça ne me rend pas triste non plus, ça me laisse complètement indifférente. Avant, ça m'énervait que les gens procréent, surtout quand iels décidaient de faire trois enfants.

Et puis, je me suis rendu compte que juger les gens qui font des enfants, ça n'avait rien de productif, en fait. Les gens ont le droit de faire des enfants. Parce qu'en tant que féministe, ce n'est pas mon lot, ni mon droit, de décider de ce dont les gens ont le droit de faire.


Pour moi, militer pour la libre décision d'enfanter ou non et pour la responsabilisation de cette décision n'a pas pour ambition de recréer de nouvelles injonctions du type "il ne faut pas être mère au foyer".


L'objectif, c'est simplement de désacraliser le modèle familial classique pour ouvrir le champs des possibles aux gens, pour juste arrêter de hiérarchiser les choix de vie. C'est également d'offrir des espaces de réflexion à tous et toutes, afin que la parentalité devienne un choix réfléchi, et non simplement une ligne à rayer sur la longue liste de la "to do" de la vie.


Mais c'est aussi de revaloriser le travail traditionnellement attribué aux femmes, le travail domestique, GRATUIT, qui est considéré comme inné et naturel. Cette considération est la source de l'infériorité supposée des femmes et il est grand temps de remettre de la valeur dans ces activités qui font littéralement tourner le monde.


Non, je ne suis pas contre les mères au foyer, je suis contre un système patriarcal qui veut nous obliger à rester à l'intérieur en accomplissant des tâches essentielles à la société sans nous valoriser.