Je suis féministe ...

Je suis féministe parce que je ne peux pas tolérer que tous les deux jours, en France, une femme meure sous les coups d'un homme, généralement ceux de son conjoint.

Je suis féministe parce que je peux plus me taire alors que les femmes ont peur de rentrer seules le soir après être sorties avec des ami.e.s, peur de se faire agresser, siffler, reluquer, emmerder, attoucher, violer.

Je suis féministe parce que je ne veux pas cautionner la charge mentale et maternelle qui incombe aux femmes au sein de leur foyer - hétérosexuel -, à cause de cette soit-disant prédisposition naturelle des femmes à s'occuper des autres, à faire le ménage et à gérer, plus que les hommes, l'éducation des enfants.

Je suis féministe parce que je veux soutenir le droit des femmes à porter le voile si elles le souhaitent, ou à se battre pour ne pas le porter si elles considèrent que cela aliène leur liberté. Je veux être une alliée de combats qui ne me concernent pas directement mais qui concerne mes soeurs afin qu'elles ne se sentent pas seules.

Je suis féministe car notre société sexualise le corps des femmes dès le collège en leur interdisant de porter décolletés et shorts sous peine d'exciter les garçons.

Je suis féministe parce que je veux contribuer à faire changer l'image qu'ont les gens sur les femmes qui disposent pleinement de leur corps, en décidant de ne pas avoir d'enfant, et qui essuient régulièrement incompréhensions et insultes.

Je suis féministe parce que je veux que la culture du viol meure, et qu'avec elle meurt le malaise que ressentent les plus de 90 000 femmes victimes de viol rien qu'en 2018 en France. Que les criminels soient mis derrière les barreaux, que les criminels aient honte de ce qu'ils ont fait, qu'ils aient peur de recommencer tant notre colère et notre solidarité est forte désormais.

Je suis féministe parce que je veux qu'être travailleur.se du sexe soit un vrai métier, qu'il soit reconnu, encadré, et qu'il offre des conditions de travail décentes aux personnes qui décident de gagner leur vie grâce à leur corps.

Je suis féministe parce que l'entrave à l'IVG existe encore de nos jours, parce que des centaines de personnes sont contre cette pratique et que nos droits acquis sont fragiles, parce que des médecins nous mentent ouvertement quant à nos droits concernant la contraception, la stérilisation, et qu'il faut que cela cesse.

Je suis féministe parce que mon corps, comme celui de toutes les femmes, est sans cesse objectifié, dans la rue, dans les publicités, dans les films, et que je n'en peux plus.

Je suis féministe parce que le mot autrice ne fait toujours pas partie du dictionnaire Larousse en ligne en 2020.


Je suis féministe parce que je n'ai pas le choix, parce qu'il est trop tôt pour être humaniste, trop tard pour simplement se taire.



Lire également : "Je ne suis pas féministe, je suis humaniste"




Une idée, suggestion, envie, critique ?

C'est à toi :

© 2020 - Bettina Zourli

  • Facebook
  • Instagram
  • Spotify