Je suis childfree. (et pourquoi nous n'avons pas de traduction en français)

Selon Google Ads, les recherches liées au mot "childfree" en France ont augmenté de 900% en un an. Impressionnant, non ? Oui, parce que l'intérêt pour ce terme, qui n'a d'ailleurs pas encore de traduction véritable en français, suscite beaucoup de questionnements.

D'un côté, il y a celleux qui n'ont jamais entendu parler du terme ; celleux qui refusent que l'on anglicise la France et qui militent contre cette globalisation de la langue ; celleux qui s'en réclament ; celleux qui le sont sans le savoir.


Bref, je me suis rendue que, même si ça fait trois ans que j'écris sur le sujet, ici et sur mon compte Instagram @jeneveuxpasdenfant, je n'ai jamais pris le temps d'expliquer réellement ce que le mot childfree signifie, d'où il vient, et pourquoi il n'y a pas de traduction francophone de ce terme.


Le mot childfree apparaît aux Etats-Unis en 1972, dans un article de Time, pour parler de la récente organisation de la NON, l'Organisation international des Non Parents, en Californie. Il désigne les personnes qui décident de ne pas avoir d'enfant, et qui désirent ne pas en avoir, et s'est construit en opposition au terme déjà existant childless, qui définit quant à lui les personnes n'ayant pas d'enfant, sans mettre en avant l'idée d'un choix.


Dans la foulée, il y eut plusieurs initiatives de journées internationales des non-parents, des childfree, mais je ne suis moi-même pas bien sûre de la date puisqu'il semble en avoir eu plusieurs : le 1er août ressort néanmoins à plusieurs reprises (en France, c'est clairement un jour où les parents se rappellent bien en avoir puisqu'il correspond au jour le plus bouchonneux sur les autoroutes pour les départs en vacances. Imaginez, une voiture où la clim' est cassée, dans laquelle il fait 30 degrés et où vos enfants jouent en criant à l'arrière pendant que vous essayez de garder votre calme au volant. Du génie cette idée de date je vous dis.)


Bref. Venons-en maintenant à la raison de l'invention de ce mot. Le désir de ne pas être parent n'a pendant longtemps pas eu de terme pour se définir, simplement parce qu'il était un impensé dans tous les pays. Depuis des millénaires, les personnes ayant un utérus sont assignées à la maternité, et faire des enfants semble être, encore aujourd'hui, ce qui définit les femmes et personnes perçues comme telles.

D'ailleurs, beaucoup de personnes sont encore persuadées que l'instinct maternel existe ; or, si des personnes ne ressentent jamais cette envie de faire des enfants, c'est bien qu'il n'y a rien d'inné à être parent.

Ainsi, les personnes qui ne veulent pas d'enfant peuvent se revendiquer childfree. Toutefois, ce terme n'a à la base rien de militant dans son essence, il définit seulement un choix. D'ailleurs, il ne dit également rien des raisons pour lesquelles on peut ne pas vouloir d'enfant, simplement parce qu'il peut ne pas y avoir d'autre raison que le désir viscéral, inexplicable, de ne pas être parent.

Bien sûr, et c'est d'ailleurs mon cas, ce choix de vie peut devenir un acte militant, dans une société pro-nataliste qui stigmatise les childfree. Je suis par exemple à la fois féministe et écologiste, et il s'agit là de deux raisons qui confortent mon désir de ne pas être mère.


Même si les langues se délient, force est de constater que ce chemin de vie est loin d'être banalisé. Je reçois chaque semaine plusieurs témoignages de personnes en rupture avec leur famille pour cette raison, mais aussi d'autres qui ont subi des remarques violentes de la part de leurs collègues, de leurs ami.e.s. Avoir un mot pour nous définir est indispensable, c'est ce qui nous rend légitime, tout comme avoir une communauté où les personnes se soutiennent et se comprennent.


C'est bien pour cela que nous n'avons toujours pas, à l'heure actuelle, de traduction francophone satisfaisante. Bien sûr, "sans enfant par choix" est clair, mais un peu long, et j'aimerais beaucoup pouvoir trouver une réelle traduction, un nouveau mot, qui définisse notre décision. En France, ne pas vouloir d'enfant reste un impensé, car notre pays est doté d'une politique pro-nataliste très forte. Pourtant, je le répète, ne pas vouloir d'enfant est un choix légitime, qui ne devrait pas être remis en question.


Ainsi, tant que nous n'aurons pas de traduction (et promis, je me creuse les méninges), le mot childfree sera lui aussi légitime.