Février, mois de l'amour (?)

Ce texte a été initialement publié dans la newsletter mensuelle que je rédige pour l'assocation FemmesProd. Pour la lire chaque 1er mercredi du mois, laissez votre mail :



 

Aujourd'hui, l'amour devient enfin une question politique. On a politisé la sexualité, la grossesse mais les sentiments étaient encore de l'ordre du privé. Pourtant, on a encore du mal à être créatif.ves, quand il s'agit d'imaginer autre chose que le couple hétérosexuel, monogame, cisgenre, celui-là même qui continue d'emplir nos livres, nos films et nos séries. Celui-là même qui ne rend pas heureux.se une bonne partie de la population. "On ne devrait pas exiger d'une seule personne qu'elle comble tous nos besoins d'affection, qu'elle remplisse complètement nos vies, qu'elle nous rende heureuse et nous divertisse en permanence ", explique Coral Herrera Gomez dans son ouvrage Révolution amoureuse. Son ouvrage entier bouleverse notre vision de l'amour romantique. Il y a encore, de manière assez présente, cette idée, en particulier pour les personnes qui ont été socialisées en tant que femme, d'un amour qui changerait la vie, qu'on devrait attendre à tout prix sous peine de finir vieille fille et surtout, d'être stigmatisée à cause de son célibat. Il y a aussi cette idée de complémentarité naturelle, d'âme-soeur ou encore de moitié... Est-ce qu'il ne serait pas temps de changer nos schémas de transmission, de diversifier les réalités qui se cachent derrière les mots famille, couple et amour ? Parce que quand on parle d'amour romantique, de passion, de monogamie, il y a surtout un mythe : celui qui nous fait croire que "que nous sommes deux moitiés imparfaites qui ne se complètent que lorsqu'elles tombent amoureuses et s'unissent pour fonder une famille heureuse", comme l'explique à nouveau Coral Herrera Gomez. C'est notre indépendance, morale, psychologique, financière qui nous garantira de vivre des histoires authentiques et égalitaires. Mona Chollet l'explique aussi dans son dernier ouvrage Réinventer l'amour : "l'infériorité des femmes fait encore partie de nos conceptions de l'amour romantique, tout comme la violence."

Faire bouger les lignes de nos représentations de l'AMOUR permettra peut-être un jour aux femmes de ne plus avoir à choisir entre leur épanouissement personnel et leur intégrité. Ainsi, quand Juliet Drouar nous propose de "sortir de l'hétérosexualité", iel nous propose surtout, au fil des pages, de défaire les stéréotypes de genre qui nous font encore subir au quotidien les relations amoureuses quand on est une personne sexisée. L'idée, c'est de rationnaliser les relations, de comprendre que l'amour ne doit pas nécessairement faire souffrir et qu'on a le droit de ne pas accepter les modalités du couple hétérosexuel monogame, même si on nous présente cette option comme la seule valable depuis des siècles.



 

FemmesProd est une association belge dédiée à la santé sexuelle, qui organise des ateliers, des rencontres et des conférences pour les femmes et personnes sexisées, afin de gagner en confiance en elleux.