"Moi, je ne vois pas les couleurs" : pourquoi cette phrase est problématique

Nous sommes nombreux.ses à caresser le doux rêve qu'un jour, les inégalités cesseront d'exister, que les couleurs de peau ne seront plus un sujet de discussion tant le problème du racisme aura été éradiqué. Néanmoins, il est important d'être conscient.e que ce n'est pas le cas aujourd'hui.

Nous vivons dans une société sexiste, raciste, LGBTQIAphobe, etc ...

Et c'est selon moi la raison pour laquelle dire "Moi, les couleurs, je ne les vois pas" est une phrase problématique.


Ce type de réflexion fait référence au concept de Colorblindness, littéralement le fait de ne pas voir les couleurs de peau et de considérer que tous les humains sont égaux. Ces personnes colorblind pensent dire qu'elles ne sont pas racistes et qu'elles ne voient aucune différence, et cela peut être tout à leur honneur. Néanmoins, cela veut aussi implicitement dire que ces personnes ne se sentent pas concernées par le problème du racisme, et qu'elles ne voient donc même pas la réalité du racisme, et donc qu'elles ne contribuent pas non plus à lutter contre le racisme.

Penser de cette manière n'a pour l'instant malheureusement aucun impact positif, puisque ce discours sert à l'heure actuelle à invisibiliser les combats racistes en supposant qu'ils n'existent pas sous prétexte que certaines personnes ne sont pas racistes. Aux dernières nouvelles, et j'en suis la première attristée, on ne fait pas disparaître les injustices en les niant, bien au contraire ! Rester neutre dans une situation d'oppression systémique, c'est même quelque part contribuer à ne pas faire disparaître ces mêmes oppressions. Rester silencieux.se, c'est cautionner.


Je ne suis pas raciste, je suis même anti-raciste dans la mesure où j'essaie d'apporter mon soutient aux luttes contre le racisme en relayant les pétitions, les manifestations et les réflexions en cours à ce sujet via mes propres réseaux pour apporter de la visibilité.

Pour moi, il n'existe donc évidemment aucune hiérarchie entre les humains dans le sens où JE ne fais aucune différence entre les personnes de différentes couleurs de peau. MAIS je sais que la société dans laquelle nous évoluons établit elle une hiérarchie entre les couleurs de peau et donc entre les humains. J'ai conscience que nous vivons dans une société raciste même si je fais tout pour désamorcer ce racisme systémique.


Vous doutez de mes derniers propos ? Vous ne voyez pas où est le racisme dans un pays comme la France par exemple ?


Voici quelques éléments (non exhaustifs) pour vous aider à voir le problème :

  • Avez-vous déjà entendu parler du "syndrome méditerranéen" ? Il s'agit d'un stéréotype culturel selon lequel de nombreux.se.s médecins considèrent que les personnes noires ou arabes ont tendance à exagérer leur douleur. Vous pouvez lire la fiche Wikipédia de ce concept ici.

  • Je vous rappelle aussi les propos racistes tenus dans le milieu policier, cf cet article de France 24.

  • Voici aussi un extrait de cet article : "Selon ce rapport, le nombre de crimes et délits à caractère raciste a augmenté en 2019. Le CNCDH a recensé 5 730 faits en un an, soit une hausse de 11% après trois années consécutives de baisse. Pour la CNCDH, "les Noirs sont les personnes avec les juifs, les mieux tolérés en France, néanmoins, les Noirs sont les plus discriminés". Le rapport dénonce "un racisme qui ne se révèle pas parce que chacun prétend qu'il n'est pas raciste et pourtant, il a parfois des comportements racistes. Ce racisme est parfois un racisme impensé, un racisme presque automatique", a insisté Jean-Marie Burguburu."

  • Ou encore, des pistes concernant le contrôle au faciès en France ici.


S'informer, écouter les personnes concercnées, c'est primordial pour amorcer un combat contre le racisme. Il faut comprendre et affirmer que les problématiques existent pour pouvoir les combattre.

Une idée, suggestion, envie, critique ?

C'est à toi :

© 2020 - Bettina Zourli

  • Facebook
  • Instagram
  • Spotify